Diabète : la prévention par le sport

Même si la recherche progresse et de nouveaux médicaments apparaissent, le vieil adage « mieux vaut prévenir que guérir » reste le maître mot de la prise en charge du diabète.

Et à ce titre, différentes études prouvent aujourd’hui que l’exercice physique et la perte de poids s’avèrent d’une étonnante efficacité.

Dans les pays développés, le vieillissement de la population associé à l’obésité favorisent l’émergence d’une épidémie de diabète. Des changements de mode de vie permettent de lutter contre ce fléau.

L’hygiène de vie est le premier traitement

Pour les patients diabétiques de type 2, les avantages de l’activité physique sont multiples : meilleure sensibilité de l’insuline, baisse de la glycémie et diminution des risques cardiovasculaires.

La plus éclatante démonstration de l’efficacité thérapeutique du sport est sans conteste l’étude américaine de l’Université de Rockville conduite sur plus de 3 000 personnes, dont le taux de sucre dans le sang présentait d’étranges anomalies (stade précédant généralement l’apparition d’un diabète)1.

Divisés en trois groupes, ils ont soit reçu un placebo (produit inactif), soit un médicament antidiabétique ou ont du suivre un programme visant à leur faire perdre du poids par un régime et pratiquer 150 minutes d’exercice physique par semaine.

Après un peu moins de trois ans de suivi, 11 % des patients sous placebo sont devenus d’authentiques diabétiques, 7,8 % de ceux sous médicaments et seulement 4,8 % de ceux qui ont changé leur hygiène de vie !

Bien que conduite sur moins de personnes, une précédente étude2 avait même démontré qu’un même traitement hygiéno-diététique avait permis à des pré-diabétiques de réduire de 58 % le risque de devenir de réels diabétiques.

Précautions élémentaires

Comme toute personne non diabétique, la reprise du sport devra se faire de manière progressive avec une augmentation progressive des efforts. Mais les diabétiques devront également choisir la discipline en fonction de leur handicap et après consultation avec un cardiologue. Quelques précautions sont à prendre :

  • Le diabétique devra également surveiller avec attention sa glycémie (avant, pendant et après l’effort) afin d’éviter une éventuelle hypoglycémie, qui peut survenir plusieurs heures après la fin de l’activité. En effet, l’impact se poursuit en moyenne 6 heures après la fin des efforts, les muscles se rechargeant en glucose ;
  • Emporter toujours du sucre avec vous afin de pouvoir réagir rapidement face à une hypoglycémie ;
  • Penser à vous hydrater régulièrement pendant et après l’exercice ;
  • Etre accompagné et informer son entourage de son diabète ;
  • Ne pas se lancer dans une activité physique en cas de diabète très déséquilibré ;
  • Pour les utilisateurs de pompe, diminuer le bolus du repas d’avant et annuler le débit pendant l’exercice et le diminuer dans les 6 heures suivant l’effort ;
  • Faites attention à vos pieds : optez pour des chaussures de qualité. Les lésions du pied sont particulièrement à surveiller chez les diabétiques ;
  • Pour des raisons de sécurité, certains sports sont à éviter. Un malaise diabétique serait particulièrement dangereux en pleine escalade, saut en parachute, sport automobile, plongée sous-marine…

Mais dans la majorité des cas, l’activité physique fait partie intégrante du traitement de la maladie. Facteur d’intégration sociale, le sport contribue également à améliorer la qualité de vie des diabétiques.

Alors n’hésitez plus : bougez-vous !